Séance Plénière des 18 et 19 mai 2017 / « Assurer une égalité de traitement, c’est respecter la liberté des familles qui ont choisi les lycées privés »
mai 24, 2017
Séance Plénière des 18 et 19 mai 2017 / « Ces associations permettent souvent de faire le lien entre les professionnels et les victimes pour lesquelles un accompagnement est indispensable. »
mai 24, 2017

Séance Plénière des 18 et 19 mai 2017 / « Ce projet est conçu pour être le poumon vert du Grand Paris »

Madame la Présidente, Madame la Vice-Présidente,

Le rapport que vous nous présentez aujourd’hui concerne la modification des statuts pour le syndicat mixte pour l’aménagement de la plaine de Pierrelaye-Bessancourt.

La plaine de Bessancourt-Herblay-Pierrelaye, centrée sur Pierrelaye, est située au Nord-Ouest de l’agglomération parisienne, dans le département du Val d’Oise. Elle est encadrée par les communes de Méry-sur-Oise, Frépillon et Bessancourt au Nord, Beauchamp à l’Est, Herblay au sud, Cergy-Pontoise et Saint-Ouen-l’Aumône à l’Ouest.  Elle couvre plus de 2 000 hectares, à vocation essentiellement agricole.

A l’origine, une grande partie des terres était affectée au maraîchage et à l’agriculture. Mais leur irrigation répétée par les eaux usées de la ville de Paris a pollué durablement les sols. Aujourd’hui, ce territoire boisé se caractérise par un espace agricole de 1 350 hectares dont 860 hectares situés en zone polluée.

Le territoire de la Plaine de Pierrelaye a fait l’objet de nombreux plans de surveillance et de travaux d’expérimentation. Un séminaire scientifique s’est tenu en 2010 après 10 ans de recherche et a conclu sur l’impossibilité de maintenir sur le long terme une agriculture viable sur la Plaine.

 


Les partenaires locaux et l’Etat ont engagé en 2011 cinq études pré-opérationnelles  et sur la base des conclusions de ces études achevées en 2014, un schéma d’aménagement a été retenu pour l’aménagement naturel et forestier.

Ce projet qui s’inscrit dans le cadre du projet du Grand Paris, vise à créer une forêt périurbaine de 1 000 hectares sur le cœur de plaine et de parcs boisés à proximité d’habitats existants, maintenir l’activité agricole sur 400 hectares environ de terrains non pollués, urbaniser des franges avec la création de 8 000 à 10 000 logements, d’activités économiques et d’équipements publics et valoriser le patrimoine naturel de la plaine agricole.

 


La modification des statuts que vous nous proposez, a pour objet de transformer le syndicat d’études actuel, dont l’objet était d’étudier la faisabilité technique, environnementale et financière du projet, en un syndicat de réalisation. Au cours de la séance du Conseil syndical du 16 décembre 2016, les nouveaux statuts ont été approuvés par le SMAPP et il a été donné 6 mois aux collectivités adhérentes, dont fait partie la Région, pour les adopter.

Comme vous l’indiquez dans votre rapport, toutes les collectivités concernées devront prendre une part active dans ce projet dont la ville de Paris qui porte une responsabilité historique et qui devra assumer son rôle de pollueur – payeur sur ce site !

Ce projet étant conçu pour être le poumon vert du Grand Paris, nous voterons en faveur de ce rapport.

Je vous remercie de votre attention.